Les bas

basliberty1.jpg

Pour séduire ou se réchauffer, les bas sont une deuxième peau ! Depuis deux siècles, ils sont l’apanage des femmes. Mais il n’y a pas si longtemps, ils épousaient aussi les jambes masculines.
Les premiers bas retrouvés l’ont été dans des tombes de l’Egypte ancienne. Ils sont alors tricotés. Plus tard, faisant office de bas, des bandelettes de laine ou de coton s’enroulent autour de la jambe. Ces bandes molletières protégent encore les mollets des poilus pendant la Première Guerre mondiale.

Au Moyen Age, les bas des nobles et riches commerçants sont en soie. L’ensemble est rehaussé de fils d’or ou d’argent. Pour qu’il épouse parfaitement la jambe, le bas est cousu sur son propriétaire. Une jarretière plus ou moins richement décorée maintient le bas en haut de la cuisse. Les pauvres ont eux des bas en laine, qui bien souvent grattent terriblement.

A cette époque, les bas, quelle que soit leur finesse, ressemblent à des collants. En une seule pièce, vous avez la culotte, les jambes et les pieds. La jarretière évite juste que le tissu ne glisse sur la jambe et ne fasse des plis disgracieux. Cela fait toute la différence entre une jambe d’aristocrate et une jambe de gueux.

collant30050145.jpg

Au XIVe siècle, Charles VI offre, en gage d’amour à son épouse Isabelle, avec qui il eut douze enfants, une somptueuse paire de jarretières sur laquelle le monogramme royal est brodé de diamants.

Quelques dizaines d’années plus tard, au moment de ses noces, Jeanne de Navarre, reine d’Espagne, reçoit de la part des notables d’une ville qu’elle traverse, une somptueuse paire de bas de soie. Le majordome de la reine interdit que l’on présente ce cadeau à la souveraine :  »Les reines d’Espagne n’ont pas de jambes ! », s’exclama-t-il !

collant4400072360rigaup.jpg

Les bas autonomes, c’est-à-dire détachés de la culotte, voient le jour en Angleterre. En 1554, William Rider confectionne une culotte et des bas indépendants. Les bas sont alors tricotés en fil de soie. Les premières jambes illustres à porter l’invention de monsieur Rider sont celles du roi Henri II de France, au mariage de sa sœur Marguerite, en 1569.

Ces bas faits mains coûtent une fortune. En 1589, l’invention du métier à tricoter les rend plus accessibles au commun des mortels. De laine, de soie ou de coton, les bas sont dès lors portés par tous. Suivant sa classe sociale ou son rang, ils se doivent d’être d’une couleur ou d’une autre. A l’époque de la Révolution, on ne porte plus que des bas noirs.

En 1900, les bas retrouvent le luxe de la soie, des perles, des strass et des décors floraux. Avec les années 20, le luxe est toujours de mise mais les motifs sont plus ludiques : dominos, serpents…

1930 marque la création des bas en nylon, aux Etats-Unis ! Le succès est immédiat. Plus de 64 millions de paires sont vendues en un an dans le pays. Fins et légers, ils partent à la conquête des femmes du monde entier, à tel point qu’une femme sans bas, à l’époque, n’est pas une femme…

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la pénurie de bas est criante. Beaucoup de femmes, pour « retrouver leur féminité », se peignent les jambes avec de l’eau teintée et dessinent, au crayon, la couture du bas au dos de la jambe. L’illusion fonctionne, sans oublier un avantage de taille : ces bas-là ne filent pas !

r1.jpg

Le bas sans couture voit le jour en 1950. Les années 60 et la mini jupe font tanguer le bas au profit du « confortable » collant. Mais l’envie de plaire est toujours bien présente. Le XXIe siècle, et ses multitudes de choix vestimentaires, offre encore aux bas de belles jambes à parer !

Les bas dans Femmes que nous sommes puce_n Pour en savoir plus



hodmasturbation.jpg

  

Les fantasmes coquins au féminin

  

Il n’y a pas que les hommes qui ont des fantasmes, les femmes aussi rêvent de rencontres sensuelles. Certaines foisonnent d’idées, d’autres ont un scénario favori autour duquel différents éléments gravitent. Alors… quels sont ces désirs secrets qui nous habitent? 7sur7 en dévoile une dizaine pour que ces messieurs ne pensent plus seulement à leur propre plaisir mais découvrent aussi notre imagination coquine.

anonymousgirlslingeriesappho41004501.jpg

1) La douceur d’une femme
On savait que les hommes fantasmaient à cette idée mais saviez-vous que nombre de femmes s’imaginent aisément passer les nuits dans les bras d’une douce compagne. Non seulement car nous connaissons parfaitement notre corps, et donc les zones sensibles, mais aussi parce que les femmes sont plus douces et soyeuses dans leurs caresses et leurs baisers.

im1422783.jpg

2) Avec deux hommes
Façon porno. Deux hommes pour ne s’occuper que de vous, des pieds à la tête, avec toutes les caresses, baisers et pénétrations que vous voudrez. Pour profiter sans fournir trop d’efforts. Certaines rêvent aussi de faire l’amour avec un autre homme, le tout devant leur mari.

3) Le jeune étalon/l’homme expérimenté
Ici tout dépend de l’âge. Les plus jeunes rêveront d’un homme d’expérience, prêt à les guider vers le chemin du plaisir. Un homme, un vrai, avec une stature, des gestes affirmés, tout en gardant une certaine tendresse.

1711.jpg

Par contre, avec l’âge, la tendance s’inverse. Les trentenaires et plus tournent leur regard vers les jeunes apollons au corps frais, aux gestes maladroits, histoire de tout leur apprendre sur l’orgasme féminin. Dans ce domaine, on trouvera le jeune jardinier, le brave étudiant ou le voisin à croquer. Petite précision: on ne parle pas ici d’adolescents mais bien de jeunes hommes.

4) Pic-nique
L’air pur, les champs, les bois, les jardins, les parcs, la montagne, la plage, la mer, la voiture… les grands espaces verts, ça nous chamboule. Un soupçon d’exhibitionnisme, une dose d’aventure, un max de plaisir. Bon, ça demande parfois une couverture pour éviter que ce moment de douceur ne se transforme en douleur (chardon piquant, sable irritant, fourmi intrépide et autres petits dérangements), mais c’est bien peu de choses comparé à l’orgasme qui vous attend.

265522012.jpg

5) La star
Brad Pitt, George Clooney, David Beckham, Jude law, Yannick Noah, peu importe, on s’imagine facilement dans une chambre d’hôtel de luxe, dans un lit gigantesque avec des coussins partout, du champagne et quelques fraises. Pretty Woman version hot.

6) La belle au bois dormant
Le romantisme n’empêche pas les besoins de sensations fortes. A nous les déclarations fougueuses, les évasions en moto, les lits de pétales de roses, les bains de champagne, l’amour au coin du feu, les nuits étoilées et les robes de princesses ultra-sexy. Ici le scénario prime sur l’acte.

7) Le sexe oral
Un cunilingus doux, sans fin, qui nous ferait perdre pied et nous enverrait bien plus haut que le 7e ciel. L’extase à l’état pur, celui auquel on repenserait encore des semaines après et dont on continuerait à ressentir les fourmillements des jours durant.

8) Rapport de force et jeu de rôle
Les femmes en ont parfois assez d’être cloisonnées dans un rôle social qui les étouffe. Elles se rêvent dominatrices, avec fouet et menottes, histoire de leur montrer qu’on n’est pas des mauviettes. Ou alors, l’inverse, jouer à la soubrette totalement dévouée à son maître.

malekiltart.jpg

9) L’uniforme fait le mâle
Les pompiers, les soldats, les médecins et tout le toutim. Grrrrr! « Oui, monsieur l’agent ». Sexy! Pour le coup, on accepterait même de jouer les infirmières dévergondées. Bien entendu, mieux vaut choisir le costume qui vous sied le mieux, les bidons qui dépassent, c’est tout sauf excitant. Idem: évitez les uniformes qui n’en sont pas, genre bouchers, camionneurs ou pêcheurs.

charme3.jpg

10) Les lieux insolites ou communs
Les lieux insolites ont également la côte: le ciné, l’ascenseur, les garages souterrains, les fêtes mondaines, le train, les cabines d’essayage des magasins, etc. Par contre, les filles fantasment aussi sur les lieux courants: le bureau de leur patron, la cuisine, l’amphithéâtre chez les étudiantes, et même le lit de leurs parents!

uxr98reb.jpg

Peut-être vous serez vous reconnues dans l’un – ou plusieurs – de ces fantasmes. Peu importe que vous les réalisiez ou pas, les fantasmes restent des idées qui traversent notre esprit et qui nous font du bien. Par contre, rien ne vous empêche de les mettre en pratique. A chacune ses envies et ses besoins. (7sur7)

05/06/08 16h35



L’histoire du string

pre.jpg

 

 

  

L’histoire du string

Dans les années 70’, le string est un accessoire uniquement réservé aux stripteaseuses et aux mannequins. Utilisé pour ses évidents aspects érotiques dans le milieu de la danse et pour sa discrétion dans la mode, le string ne se porte pas loin des podiums.

En 1975, on note son apparition extrêmement discrète dans un catalogue de lingerie, mais il faudra attendre les années 80’ avant que le string ne commence à sortir de l’ombre et ne consacre le retour de la lingerie.

amandadewaal7.jpg

 

 

À la fin des années 90, l’obsession des femmes en matière de lingerie est la discrétion. Elles tolèrent de moins en moins que l’on puisse repérer sous leurs vêtements les contours d’un soutien gorge ou d’une petite culotte. Les matières deviennent donc de plus en plus fines et les coutures s’aplanissent progressivement : c’est l’ère du lycra et du sans couture. Le string profite de la tendance pour s’imposer et s’immiscer dans les placards des femmes.

L’affaire Lewinsky/Clinton, apporte de la popularité au string après que la jeune assistante ce soit attiré les faveurs du président en lui montrant le sien. Les clips vidéos américains de chanteuses peu pudiques contribuèrent ensuite à populariser le string au point de devenir aujourd’hui un accessoire indispensable en matière de lingerie.

750070.jpg

Les femmes se sont extrêmement vite adaptées à ce nouveau vêtement et si elles sont nombreuses à trouver vulgaire de le laisser dépasser, elles sont unanimes pour avouer son effet esthétique. Le string demeure un accessoire chargé d’érotisme puisqu’il trahit sa présence par sa totale invisibilité…

 



L’histoire des petites culottes

houseandagent1.jpg

 

 

L’histoire de la culotte…

Sous l’Ancien Régime et jusqu’au début du XIXe siècle, la culotte était un vêtement uniquement réservé aux hommes des classes aisées. Elle descendait alors jusqu’au genou et se portait avec des bas. Quant aux femmes, elles ne portaient rien sous leur robe.

Jusqu’au XVIIIème siècle, il était en effet très mal vu de revêtir des dessous. Seules les vieilles femmes et les malades en portaient pour se protéger du froid ainsi que les servantes uniquement lorsqu’elles faisaient les carreaux.

sarrierilingerie1.jpg

Au début du XIX ème siècle, les grandes culottes bouffantes firent leur apparition, mais ne furent destinées qu’aux petites filles. Dès 14 ans, aussi paradoxal que cela puisse être, elles devaient quitter ces culottes pour ne porter que de longues jupes/robes à même la peau.

Cependant, au milieu du XIX ème siècle, avec la mode de la crinoline, la culotte s’imposa comme une obligation. Car, chaque femme s’asseyant dans ces paniers de métal, renversait sa robe et laissait voir l’intégralité de ces jambes et de son sexe. Si elle se penchait en avant, le phénomène se reproduisait dans l’autre sens, laissant impudiquement voir les fesses.

93beaubra.jpg

Mais, il faut attendre le début du XXème siècle et l’invention de Pierre Valton (le père de la célèbre marque « petit bateau »), pour que les petites culottes telles que nous les connaissons se démocratisent et fassent leur entrée dans le quotidien des femmes.

Aujourd’hui, il ne s’agit plus de savoir si les femmes doivent porter des dessous, malheureusement pour les hommes, toutes y ont recours, demeure la liberté, de les choisir dans toutes les formes, coloris, et matières existantes…

 

 sexy1.jpg

 



La lingerie érotique

11.jpg

  

 

 

La lingerie érotique

Depuis toujours, la lingerie a usurpé son rôle de sous-vêtements pour n’être en réalité qu’un accessoire chargé d’érotisme. Nos ancêtres l’avaient bien compris et un simple regard sur leurs dessous, suffit à nous convaincre, que pour eux, lingerie rimait avec séduction, bien plus qu’avec confort.

Mais le XX ème siècle et son lot de découvertes en termes de matières (comme le lycra) et d’innovations (comme le collant), ont peu à peu fait disparaître le raffinement au profit du bien être.

Avouons que si la culotte Petit Bateau est des plus confortables elle n’en est pas pour autant sexy. Cependant, après avoir touché au confort extrême : sans couture, sans armature, couleur chair et lycra, les professionnels de la lingerie, ont abordé leur création avec plus de sophistication.

La dentelle a été remise au goût du jour, déclinée et colorée dans toutes ces formes.

k.bmp

Les femmes ont depuis une dizaine d’années retrouvé le plaisir de la jolie lingerie, de celle qu’on achète pour faire plaisir à son homme et pour se faire plaisir à soi surtout.

La lingerie fine, retrouve donc peu à peu ses lettres de noblesses et redevient coquine à souhait. Longtemps réservée aux femmes de petite vertu, la lingerie érotique commence elle aussi à envahir les tiroirs des jeunes femmes respectables. Depuis quelques années un véritable marché s’est installé autour de cette lingerie dite érotique, répondant au besoin des femmes qui se veulent de plus en plus attirantes. Un récent sondage a montré que c’était en effet l’une de leurs principales préoccupations. La femme moderne, joue de ses atouts sans complexe, exhibe ses formes et ne se soucient guère plus du quand dira-t-on….

photo3300.jpg

Du sexy, mais du haut de gamme !

Les amatrices de lingerie érotique n’ont pas d’âge, ni de silhouette précise, de 20 à 60 ans et du 36 au 44, toutes les femmes sont touchées et séduites. Cependant loin des sous-vêtements vendus dans les sex-shops, les femmes adeptes de lingerie érotique, veulent de l’élégance, de la qualité et du raffinement. En somme, elles disent « oui » à la culotte fendue à condition que celle-ci soit en soie, en mousseline ou en dentelle, et pourquoi pas incrustée de pierres précieuses.

Une règle absolue demeure en matière de lingerie érotique, du noir ! du noir ! toujours du noir et du rouge à la rigueur…

187b4d44e9f4b2caec62e0b71daad5e5.jpg4e6baee315b508d81d72ced2e920e33a.jpg

 

 

 



L’histoire du corset

katemosslongchamp.jpg

Les premiers corsets s’affichent en France au XVème siècle et s’installent avec la propagation de la mode espagnole. Au départ, le corset se porte par-dessus les chemises de corps et se lasse dans le dos. C’est un accessoire réservé à la noblesse, qui soutient le corps autant qu’il le martyrise.

 Il offre aux femmes la possibilité de se créer le corps qu’elles désirent et c’est d’ailleurs ce qui fit son succès jusqu’à la fin du XIXème siècle. En effet, le corset a longtemps été synonyme d’élégance et sa forme s’est adaptée aux modes, aux types de robes et à la conception esthétique du corps de la femme à travers l’histoire.

sexycorsetandsexylingerie.jpg

Très rigide au départ, il devint plus ample, avant de se resserrer et de ne ressembler qu’à une large ceinture ; parfois utilisé pour rehausser la poitrine, il fut également utilisé pour la comprimer, mais la plupart du temps, il affinait la taille et amplifiait les hanches. Toutes les femmes le portaient, puisqu’il s’adaptait à toutes les silhouettes comme en témoigne un slogan du XVII e siècle: « Contient les forts, soutient les faibles, ramène les égarés ».

Ce sont les deux guerres mondiales et l’avènement du féminisme qui supprimèrent pour un siècle le corset. La mode garçonne ne laissa aucune chance à cet accessoire ; les femmes s’habillant comme les hommes, camouflaient voire comprimaient leurs formes.

Le corset oublié, fut remis au goût du jour à la fin des années 80. Beaucoup de grands couturiers l’ont revisité oubliant l’aspect maintien, ils ne recherchèrent que l’aspect esthétique et sensuel de ce vêtement.

img3740618.jpg

Aujourd’hui, le corset se porte dessus comme dessous, il met les formes en valeur et véhicule une image de femme fatale, érotique, sensuelle et résolument féminine.



lingerie mariage =…

img1110.jpg

Pour la plupart des femmes, la lingerie de mariage est la meilleur façon de surprendre leur tout nouvel époux.

Mais c’est plus qu’un plaisir des  yeux.

Une lingerie parfaitement ajustée donnera à votre robe de mariée toute la splendeur qu’elle mérite.

 Combiner sensualité et romantisme au confort est le message.

mariage20dreamgirl2jpg1.jpg5104bridal.jpg



Trash & Sexe |
tressexy |
Zone Adulte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIVESHOW
| contenu adulte pour pc et gsm
| mysextoys